L’écosculpture dans un éco-habitat

L’atelier PLD assiste à une demande nouvelle en provenance de particuliers porteur de projets de maisons bio-climatiques et de maisons passives.
Les nouvelles normes de construction en matière d’isolation thermique et de ventilation promettent une maison plus vertueuse pour l’environnement, peu énergivore et d’une meilleure qualité d’air grâce à son renouvellement en continu. Toutefois, ces dispositifs tels que la ventilation double flux, qui sont souvent complétés par une pompe à chaleur, deviennent des déshumidificateurs forts désagréables, au point que l’arrivée d’une écosculpture est un soulagement pour les propriétaires et leurs meubles en bois…tableau vegetal

Le choix d’un éco-habitat est souvent associé à une éthique et à un désir de bien-être. Et concevoir une maison écologique ne doit pas cacher un besoin plus subjectif mais essentiel – le charme, la poésie.
La « maison-nature » en est un exemple : La beauté d’un paysage sous marin nous invitant à une promenade dans les dédales des tombants rocheux, la mélodie des cascades, les miroitements d’ondes lumineuses sur les murs environnants, la diversité végétale s’épanouissant sur un mur…l’écosculpture répond à ces attentes avec une grande variété de propositions dont certaines doivent être conçues avec l’architecte. Voici quelques exemples : un bassin tropical avec sculpture rocheuse et cascades dans la pièce principale ; une jardinière géante couplée à un mur végétal à proximité d’un puits de lumière, une falaise végétalisée en contrebas d’un bassin de nage et un jardin potager en aquaponie(*) sur le toit et pourquoi pas un grand aquarium en cloison entre une chambre et une salle de bain?

aquarium en cloison

Les écosystèmes peuvent être interconnectés et gérés dans un circuit d’eau fermé. Ainsi, chaque décor concourt à l’équilibre biologique des autres et c’est l’ensemble qui constitue un écosystème unique à l’intérieur même de notre habitat.

La pro-activité sur le vivant : que ce soit les plantes ou les poissons, ils dépendent totalement de nous dans nos écosystèmes artificiels, de part l’assistance qu’on leur apporte en eau, nourriture, chauffage et oxygénation, et on se doit donc de leur garantir cette qualité du biotope. Ainsi, des capteurs de qualité d’eau nous préviennent si jamais il y a un danger pour le vivant, ce qui   améliore encore la faiblesse de l’entretien.

La composition des rochers composites : Nous utilisons un médium de sculpture bio-sourcé, non biodégradable, très léger et résistant à l’eau grâce à la « subérine », son liant naturel : le liège expansé. Associé à un mortier de terres/sables colorés et une résine époxy dosée « sans solvant », le liège se révèle être le matériau idéal. L’écosculpture peut ainsi satisfaire raisonnablement les exigences des éco-habitats.

La possession d’une écosculpture n’est pas une contemplation passive. C’est pourquoi son entretien, son observation, l’attachement bienfaisant qu’on lui porte sont autant de démarches écologiques. La vie est une croissance et réclame des attentions pour qu’elle soit transmise.

Aquaponie : C’est une installation autonome permettant l’élevage de poissons et un jardin potager hydroponique en symbiose. Exit les engrais chimiques ! Les plantes se nourrissent des engrais organiques produits par les poissons assurant ainsi une croissance végétale optimisée et une dépollution naturelle de l’eau, essentielle à la vie des poissons. Cette installation peut être de caractère familial, artisanal ou un outil pédagogique.

mur végétal

Faire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>